IKOTO-Place to be

IKOTO Place to be - photo Elian Bachini - Anothaï Cie - Ikko Suzuki - Thô Anothaï  - Danse hip hop contemporain - France Japon

Lors d’un duo improvisé en Malaisie, Thô ANOTHAÏ rencontre Ikko Suzuki, danseur contemporain japonais. Le projet IKOTO se nourrira de cette rencontre. L’alchimie des écritures émanant de ces deux danseurs-chorégraphes pourra donner naissance à un spectacle à la rencontre de l’Orient et de l’Occident. Dans un univers zen, mêlant danse traditionnelle japonaise, danse hip hop et danse contemporaine, cette création abordera la relation entre la tradition et la modernité. 

En avril 2012, un voyage d’une dizaine de jours au Japon a permis de valider et de conforter les premières impressions. Le Japon a toujours fasciné l’occident. Le Japon est aujourd’hui  une société oppressante, débordante d’énergie mais dans laquelle l’individu fait preuve d’abnégation dans l’intérêt de la société. Il travaille tout le temps, consomme de façon patriotique (pour faire marcher l’économie) et a très peu de loisirs. Ikko Suzuki se situe en marge de ce système. Il a gardé le lien avec la tradition en étudiant la danse kagura, une des plus anciennes formes de danse traditionnelle japonaise, une danse pour les dieux des montagnes et réalise des performances engagées concernant l’histoire et la société sur des questions sociales, philosophiques et sur des thèmes que la société japonaise refoule : la guerre, le nucléaire, l’accident de Fukushima…En s’inspirant du Ying et du Yang, il sera possible, pour Thô, de faire dialoguer l’énergie de la danse hip hop avec celle d’Ikko Suzuki, dans l’esprit de la pensée orientale qui pense la dualité sous forme de complémentarité.

 On peut dire que ces deux énergies correspondent aux deux faces du Japon :

  1. L‘énergie du hip hop comme métaphore de l’énergie de la ville, de la créativité technologique, de la lumière, de l’électricité, de la course, du travail…
  2. La danse d’Ikko comme une énergie de la lenteur symbolisant une souffrance liée à l’histoire du Japon, à la guerre, aux énergies non maitrisées, presque une « danse des ténèbres » comme le buto, une danse de la souffrance, de l’introspection.

Mais c’est dans le processus de création proprement dit que ces deux danses vont se rencontrer pour exister l’une par rapport à l’autre. 

Extrait vidéo: 
Distribution: 

Chorégraphie & interprètation : Thô ANOTHAÏ et Ikko SUZUKI

Spectacle danse hip-hop / contemporaine tout public

Durée 50 min

  • Lumière : Catherine CHAVERIAT
  • Création musicale : Alexandre Daï CASTAING

Coproduction

  • Bonlieu Scène Nationale Annecy 
  • Ministère de la Culture/DRAC Rhône Alpes
  • Initiatives d’artistes en Danse Urbaine Paris 

Soutien

  • Ville Annecy
  • Conseil Générale Haute Savoie
  • Institut Français Paris pour ses tournées à l'étranger

Accueil studio : Château Rouge Annemasse / CDC Pacifique Grenoble